Les jeunes entreprises à la rescousse de Saint Etienne ! En organisant un tournoi de baby foot interentreprises, 8 start-up stéphanoises ont voulu démontrer que la ville aavait encore de la ressource et qu'elle pouvait revivre grâce au dynamisme de ses jeunes entrepreneurs.

8 start up stéphanoises réunies autour de baby foot Sulpie !

8 Start up stéphanoise organisent un tournoi de baby

De l'avis général, le babyfoot est l'accessoire indispensable de toute start-up qui se respecte. En choisissant des baby foot Sulpie pour leur tournoi amical, les 8 start-up stéphanoises ont confirmé que les jeunes entreprises possèdent une réelle expertise du mini ballon rond ! Plus sérieusement, le choix du babyfoot pour fédérer les start-up autour d'un objectif commun n'est pas anodin. Pour Florian Garnier, cofondateur de Green Cup (qui produit des gobelets en plastique réutilisables) le baby dans la start-up n'est pas un cliché, c'est un symbole :

Les grosses entreprises, pour initier cet esprit start-up installent un baby-foot. Nous, c'est un baby-foot pour avoir des gens qui sont contents de rester le midi, le soir, avec des collègues qui sont devenus des amis, c'est ce qu'on essaie de maintenir

Ce tournoi de baby foot a donc aussi été un moyen de combattre certains idées reçues autour des start-up. Solène, étudiante et stagiaire en alternance chez Green Cup, explique son changement de point de vue sur la création d'entreprise :

Quand on est étudiant, on se dit que pour créer quelque chose, il faut aller dans des villes plus grandes, et en fait finalement non, à Saint-Etienne il y a de quoi se développer, et c'est super intéressant

Pour Julien Licata, responsable marketing de Pizza Cosy, la start-up est avant tout un état d'esprit :

Même si le groupe fait 5 millions d'euros de chiffre d'affaire cette année et on a 70 employés, on se veut start-up dans ce côté innovant en terme de produits, dans cette jeunesse, ce dynamisme !

 

Des entreprises d'horizons différents réunies autour d'une problématique commune

Si lancer sa start-up est un chemin solitaire, long et compliqué, ce genre d'initiative prouve qu'il passe aussi par le soutien et l'échange entre jeunes créateurs. Garance, qui a créé son escape game à Saint-Etienne, a désormais conscience de cela. Ce tournoi de baby foot est pour elle un moyen d'aller à la rencontre des entreprises de la ville qui évoluent dans d'autres secteurs que le sien, mais ont toutes la même philosophie, le même dynamisme :

Si lancer sa start-up est un projet solitaire, long et compliqué, ce genre d'initiative prouve qu'on peut aussi se soutenir entre jeunes créateurs. Garance a créé son escape game à Saint-Etienne. Ce tournoi de baby foot a été pour elle un moyen d'aller à la rencontre des entreprises de la ville qui évoluent dans d'autres secteurs que le sien, mais ont toutes la même philosophie, le même dynamisme :

Ça permet aussi de voir qu'on n'est pas tout seul. La plupart des gérants d'entreprise sont assez jeunes, on est face à des problématiques communes, de gestion d'entreprise, de management. C'est bien de se rencontrer pour plus tard créer d'autres liens et pouvoir compter les uns sur les autres.

 Si vous travaillez ou êtes à la tête d'une start-up dans une ville qui s'essoufle un peu, vous savez ce qu'il vous reste à faire

 

 

 

tournoi de baby foot interentreprise à Saint Etienne

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer